Le Blog

Serge Marzin, graveur-buriniste

Partons à la découverte d’un métier ancestral, celui d’imprimeur d’art. Serge Marzin installé à Saint-Pol-de-Léon dans le Finistère, compte parmi la cinquantaine de graveurs-burinistes aujourd’hui en exercice en France. Serge Marzin a chaleureusement accepté de répondre à mes questions, et de lever le voile sur cet art mystérieux où le monde se voit à l’envers

Serge, pourriez-vous donner votre définition du métier de graveur buriniste ?

“La gravure est un art, qui rentre dans la famille de l’estampe. L’estampe est un mot générique qui décrit les méthodes d’impression à plat faîtes manuellement. Comme la sérigraphie, la lithographie et la gravure. La gravure est divisée en deux sous-familles :

  1. la gravure taille-douce 
  2. la gravure en taille d’épargne.

La gravure taille-douce est représentée par un creux. C’est-à-dire que l’on creuse dans le métal ou dans un alliage une empreinte en creux avec soit un outil comme une pointe aciérée ou à l’aide de l’acide. Dans cette sous-famille de la gravure taille-douce, on considère deux orientations pour réaliser ce creux, en taille directe: lorsque que l’on réalise une pointe sèche, une manière noire dite mezzotinto ou un burin; puis en taille indirect avec l’intervention d’un mordant réalisé à base d’acide nitrique, perchlorure de fer ou acide chloridrique lorsque l’on réalise une eaux-forte, aquatinte, technique au sucre, etc…

La gravure taille d’épargne réside dans le fait de créer un relief, tout ce qui est creusé ne ressortira pas à l’impression.

On emploi le terme de graveur buriniste lorsque la technique du burin est majoritaire dans le travail. Pour ma part 80 % de ma production est réalisée avec mes burins.”

Travail au burin par Serge Marzin

On peut lire des appellations telles que graveur-buriniste, graveur taille-doucier ou encore imprimeur d’art, pouvez-vous nous éclaircir sur tous ces termes ?

“Graveur-buriniste : l’art de travailler la gravure dans son plus simple apparat. Le burin existe soit droit (très difficile à trouver actuellement car plus personne n’en fabrique), soit coudé. Il existe deux sections différentes, section en carré pour obtenir une taille évasée et la section en losange pour obtenir une taille étroite. Le burin se compose d’un pommeau en bois dur, en forme de poire comportant un méplat. Ce pommeau sera tenu dans le creux de la pomme de main. A l’intérieur de ce pommeau est enfoncé à chaud une tige en acier traité par une “trempe à l’huile”. Cette tige sera affutée d’un angle de coupe à son extrémité.

Il faut savoir qu’inciser dans un métal ou un alliage quel qu’il soit demande la conjonction de deux angles; un angle de coupe et un angle de dépouille. Dans la cas du burin l’angle de dépouille est donné par l’inclinaison de la main.

Ce métier demande au graveur la capacité de travailler d’une manière ambidextre.

En effet, la pointe du burin est dans le prolongement de l’index. L’outil va en avant. Pour obtenir une courbe, ce que l’on appelle un espace forme, la main gauche pour un droitier fera tourner la matrice sur la pointe de l’outil. Pour cela on utilise un coussin de cuir qui renferme en son coeur une poche de sable de rivière. L’angle d’attaque du burin est primordial. La section carré ou losange lors des incisions devra rester perpendiculaire à la matrice. Car l’écriture réalisée au burin n’est reproductible que par elle-même. Dans cette technique encore plus que dans les autres, le trait du burin est caractéristique par son relief d’encrage.

Dans cette technique directe du burin, on est projeté dans l’univers de Pierre Soulages “le noir matière”.

La densité de l’encre et son ombre projetée lorsque l’on regarde une estampe reste magique

Taille-doucier : ce terme décrit un individu dont le travail consiste à imprimer des matrices (gravure en taille-douce). Certain ont des appellation de Maître taille-doucier, comme René Tazé, mais il y en a d’autres. Ce métier demande une grande humilité et surtout une grande dextérité manuelle car l’essuyage final se réalise à la pomme de main. Ici on peut dire sans se tromper “une main d’acier dans un gant de velours“. L’ambiance finale de l’estampe dépend de ce travail de pommage. Le maître taille-doucier est capable de tirer sur plusieurs heures, plusieurs jours une multitude d’estampes identiques au regard du B-A-T “Bon à tirer”.

Je dois revenir sur ce mot de “matrice” employé à plusieurs reprises. La gravure est l’art de l’engendrement. Ce n’est pas anodin d’avoir appelé le support “matrice”. La matrice peut-être en acier, en zinc, en laiton, en cuivre, en plexiglas ou en carton. Mais n’oubliez pas qu’un graveur est avant tout un découvreur; en effet, lorsque l’on est graveur on recherche la belle empreinte. Car l’empreinte est à l’origine de l’humanité; l’écriture du temps.
 
Imprimeur d’art : j’emploie ce terme pour rendre le métier plus simple !

Quel est votre parcours professionnel et comment la gravure est-elle venue à vous ?

“Mon parcours commence lorsque j’avais onze ans. Déjà à cet âge, le dessin était mon mode d’expression premier. La publicité de Guy Degrenne me fait sourire car j’ai eu ce genre de réflexion à la communale “ce n’est pas comme cela que vous réussirez dans la vie M. Marzin“. L’expérience traumatique qui va être déterminante pour moi est qu’à l’âge de onze ans, ma mère va faire un séjour d’un an en chambre stérile, ce séjour lui sera fatal. La seule vision de ma mère est son visage vu de quelques mètres au derrière d’une vitre. Alors à chaque visite je dessine le portrait de ma mère. Je vais déclencher sans le savoir, la passion du trait. Ensuite, l’expérience de la vie m’a amené à réaliser des portraits dans des lieux communs. Puis viendra la peinture de chevalet pendant une vingtaine d’année. Pas d’école, je n’apprends pas comme cela, je suis un vrai autodidacte. Et d’ailleurs j’assume ce trait depuis peu d’année; car la France n’aime pas beaucoup l’autodidacte. Mais c’est tout simplement par ce parcours et par un rêve de gosse que j’en suis là.

Un de mes oncles travaillait à l’imprimerie nationale à Paris. Lorsqu’il parlait de son métier, j’étais comme devant un conteur.

L’univers de Gutenberg ou de Britto me faisait rêver. J’ai toujours adoré les livres. Les toucher, les feuilleter, les lire et surtout admirer les gravures qui souvent ornementaient les ouvrages des bibliothèques. Curieuse cette aspiration pour ce monde du livre, surtout pour un “cancre“…

Alors naturellement, la passion du trait a été suivi indéniablement par la passion des mots et surtout de la poésie. La poésie ce médium qui rend la vie si douce et lumineuse.
Chose également surprenante, cette façon bien personnelle que j’avais de décrire mon métier de peintre lorsque je me présentais. Là encore, un sens inconscient prenait naissance car je me disais “sculpteur raté”. Je ressentais un besoin vital dans cette communion avec la matière. Un besoin d’inciser, d’entrer dans la création comme on ouvre une taille.
Ensuite une rencontre avec le grand lithographe espagnol Jorge Da Sousa Noronha. Par le biais de son atelier à Créteil-port, en regardant derrière la vitre je vais apprendre comme j’ai l’habitude les gestes du graveur et tout naturellement, les retranscrire par mimétisme le soir à mon domicile. Durant plusieurs années je vais collectionner des matrices qui ne seront jamais imprimées.
Puis, il y a maintenant un peu plus de quinze ans; l’achat d’une première presse, puis d’une deuxième et d’une autre récemment pour la typographie ont fait de moi un graveur par passion.”

Selon vous, quelles sont les qualités indispensables pour être graveur-buriniste ?

“Pour être graveur, il est indispensable d’avoir un sens précis du dessin.

“Le dessin est le solfège de l’artiste tel qu’il soit (peintre, sculpteur ou graveur), car tout commence là. Ensuite, ce métier demande le sens du rangement, il faut être ordonné et précis. Les agités ne sont pas les bienvenus dans un atelier de gravure, car il ne faut pas confondre vitesse et précipitation comme le dit l’expression… Ensuite la philosophie de la lenteur est un plus.
J
e suis un besogneux, car ma nature est proche de l’aspiration d’un moine pour la foi. Je travaille en ascèse, une méditation zazen au réveil qui va être poursuivie tout au long de la journée par cette pratique du burin. Tout simplement parce que cette pratique demande de vivre dans le concept proche à O’Senseï Deshimaru “Ici et maintenant

Dans cette pratique du Burin, le repenti n’existe pas, un trait est une incision. C’est posé, pas de possibilité de gommer.

Le rythme dans l’atelier est d’un autre temps, un autre siècle, nous sommes en 1540. Ce temps devenu tellement fou, la cellule-atelier est un refuge où l’on réapprend l’infinie présence du silence.”

Dans votre vidéo vous dîtes “Avec mon burin, j’interprète mon trait de pinceau“, pourriez-vous nous expliquer ?

“Au début de ma carrière de graveur je travaillais comme sur toile. En transposant le dessin préparatoire d’un de mes carnets de croquis. J’ai travaillé de la même façon, puis, à chaque fois, un même constat. Celui d’être en décalage avec l’émotion. Alors j’ai naturellement repris mon pinceau. Outil que je connaissais et j’ai posé mon émotion comme un asiatique pourrait le faire. Me tenant debout face à la matrice, faisant confiance à l’énergie de l’intellect. L’émulsion ainsi posée sur le cuivre ou autre support, une fois sec, donne par la spontanéité du geste une énergie propre. Cet instant de fougue, né d’une pure émotion ressentie dans la nature, car je suis un contemplatif; et ensuite par l’alchimie de la lenteur révélée sous le trait d’un burin, je vais interpréter le trait du pinceau; par le biais d’incisions d’espaces-plan, d’espaces-forme, de tailles, de contre-tailles, de tailles alternées enfin une multitude d’écriture d’où va naître l’estampe que l’on nomme gravure au burin.”

Sur quelle(s) thématique(s) travaillez-vous et quelles sont vos sources d’inspiration ?

Comme je vous l’ai dit, je suis d’une nature contemplative. La nature est ma première source d’inspiration. J’y trouve l’essentiel. Dans le végétal, sa posture, toute la nature humaine y est imprégnée. Actuellement je travaille sur le thème de la passion du Christ, un parcours d’au moins deux ans de travail. Je travaille sur la transposition de ce thème en “passio végétalis”, un hymne écologiste contre la déforestation et la nature vénale de l’homme. L’arborescence est intimement liée à cette vie biblique.”

Qu’est-ce vous passionne dans ce que vous faites ?

“Vous me posez une question simple au premier abord, mais dans sa nature intrinsèque plus compliquée. L’art est l’essence même de ma vie. je ne peux imaginer ce parcours d’homme sans ce lien avec l’art. Je suis par nature un passionné. Il y a déjà au travers de l’art cette démarche philosophique de la vie. Je dis souvent que je voyage dans un centimètre carré de pelouse, mais aussi magique que cela puisse paraître je suis un homme que la vie a comblé. Car cette projection de l’instant au travers de cette nature contemplative est très riche de sens. L’art est une thérapie, car à chaque exposition je m’expose, enfin j’expose mon cœur, mes pensées de l’instant. Mais quel bonheur lorsqu’il y a un partage avec le visiteur. Du coup cette vie d’ascèse devient riche humainement. Voilà comment se construit mon travail.

Une autre chose de grande importance, le métier de graveur est un métier d’ouvrier. Le mot artiste ne veut pas dire grand chose. Ici, nous sommes dans un esprit de compagnonnage. La tradition orale, complètement obsolète dans un pays où les formations beaux-art se cantonnent à offrir non pas un savoir-faire mais une expérimentation. Je pense que l’on a perdu de vue le vrai sens du métier. L’écriture de votre livreLa peinture artistique et sa technique le prouve, vous vous investissez dans l’analyse des techniques en les expliquant clairement aux  profanes. Car comme dans tous métiers on commence par l’apprentissage.
Une fois la technique acquise vient la création. Le bagage technique libère la créativité.
Et puis, restons simple, nous ne sommes pas à l’origine de la création, nous sommes simplement et modestement à son service. L’artiste recherche à transcrire une émotions qu’il souhaite partager.
 

Quels conseils donneriez-vous à un jeune artiste qui partage la même passion ?

“En faisant simple, je dirais qu’il faut avant tout croire en soi, ensuite il y a la chance, la chance des rencontres. Car créer est la vraie nature de notre cœur, nous sommes tous des artistes, car notre vérité nous est propre. Ensuite, vous devez avoir cette vocation, ce besoin d’exprimer vos émotions. Ensuite, peu importe l’outil, le médium, car c’est lui qui vous choisit. Surtout garder confiance en soi et cultiver cette nature positive qui réside en nous.


Puis restez vous même, confiant dans votre oeuvre, mais surtout sans attente. Travailler, toujours et toujours. Si vous ressentez que votre vie est dans l’art, foncez, et si maintenant votre art ne se vend pas ce n’est pas parce que vous êtes mauvais, non, tout simplement ce n’est pas le moment.

Alors continuez de créer pour vous construire et prenez des petits boulots pour survivre car la vie nous impose des priorités.”

Atelier  An AWEN ” Traces d’empreinte”

Atelier du buriniste

9 rue Rozières – 29250 SAINT POL DE LEON – France

Site web 

Vous aimerez peut-être aussi ...

Les défis créatifs

Venez relever mes 20 challenges pour stimuler votre créativité. Je vous propose des exercices de moins de 5min, accompagnés d’explications détaillées et de démonstrations.

En savoir plus

Vous avez aimé l’article ?

Partagez-le !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Mme EZRATTI
Mme EZRATTI
Invité
1 année il y a

Bonjour Monsieur Marzin
Vous faites un bien joli travail.
Ma sœur a pratiqué le métier de graveur en taille douce, donc je connais certains termes de ce métier. J’ai une petite collection de burins, marteau et autres outilsà vendre en rapport avec la gravure sur cuivre. J’aimerais savoir si vous seriez interressé ?
Bien cordialement.
Mme EZRATTI