Le Blog

Les vernis à tableaux : Lequel choisir et comment l’appliquer?

L’application du vernis est une étape tout aussi déterminante pour l’oeuvre que le processus de création. C’est la phase ultime à ne pas négliger si vous voulez avoir une oeuvre pérenne et de qualité. Il est indispensable non seulement de connaître le rôle du vernis, de savoir lequel choisir selon la technique employée, mais également de savoir l’appliquer. Il s’agit ici que des vernis à tableaux de type beaux-arts, et non ceux de type bricolage ou loisirs-créatifs qui ont d’autres propriétés mais qui ne sont pas le sujet de ce site.

Voir la formation complète > Les vernis – Formation vidéo

A quoi sert un vernis?

Dans sa définition un vernis est une préparation non pigmentée, c’est-à-dire transparente, constituée de liant (résine, gomme, huile,…), de solvant (essence, alcool,…). Il est appliqué en phase ultime, en toute dernière étape avant l’achèvement d’une oeuvre. Ses deux principales fonctions : La protection et la belle finition.

Rôle de protection

Son rôle est de protéger l’oeuvre des attaques extérieures telles que la fumée de cigarette, la poussière, la graisse, les frottements, les chocs, les gouttes d’eau, etc… en isolant la surface. Un peu comme un bouclier, le vernis va créer une couche relativement épaisse et étanche résistante à toutes sortes de dommages. Lorsque le vernis est trop abîmé ou trop jaunissant, la conservation de l’oeuvre est remise en jeu, il faut alors le remplacer. C’est pourquoi tous les vernis à tableaux sont réversibles, c’est-à-dire qu’ils peuvent être retirés lors d’une restauration sans endommager la couche picturale. C’est d’ailleurs la différence majeure avec les autres types de vernis (bricolage et loisirs-créatifs) qui sont certes plus résistants, mais permanents.

Rôle de finition

Le vernis permet également de donner un aspect régulier à la surface, d’intensifier les teintes, et d’en modifier l’aspect (brillance ou matité). Certaines couleurs retrouvent leur éclat, les embus (zones mates) disparaissent et l’uniformisation de la surface est agréable à l’oeil.

Le choix entre brillant, mat ou satiné est tout-à-fait personnel. A savoir toutefois qu’une surface trop brillante provoque des reflets de lumière parfois gênants pour l’observation de l’oeuvre.

Les vernis mats sont fabriqués avec du baume de térébenthine et de la cire. Les satinés sont souvent à base de gomme dammar diluée dans de l’essence minérale. Cependant l’effet mat/brillant n’est pas du à la composition du produit mais à l’aspect de sa surface, qui ne réfléchira pas la lumière de la même manière.

Quel vernis pour quelle technique?

vernis-huile

Vernis gras / Vernis maigre

Il existe une multitude de vernis différents avec pour chacun d’eux des propriétés qui leurs sont propres. Chaque technique a son vernis qui lui correspond. Il existe deux catégories de vernis définitifs : Les vernis gras et les vernis maigres.

Les vernis gras sont ceux fabriqués avec de la résine copal et de l’huile. Ils sont brillants, résistants, protecteurs contre l’humidité, mais ont tendance à jaunir.

Les vernis maigres sont composés de résine dammar ou mastic et d’essence de térébenthine. Ils sont transparents, non jaunissants, siccatifs et ils s’enlèvent facilement, mais sont sensibles à l’humidité.

Le vernissage selon les techniques

Alors que le vernis est indispensable pour la peinture à l’huile, il n’est pas vraiment nécessaire pour l’acrylique.

En effet, l‘acrylique est une résine plastique résistante et irréversible. Elle se nettoie facilement même à l’eau et au savon. Donc le vernissage est tout à fait optionnel. Il est utile seulement si vous souhaitez modifier l’aspect de l’acrylique en la rendant plus brillante ou plus mate.

En ce qui concerne l’aquarelle et la gouache, un vernis gâche un peu leurs caractéristiques, rien ne vaut leur protection par un encadrement sous verre. (Pour en savoir plus sur la conservation de ces techniques, cliquez ici!) Même avec les vernis qui leurs sont destinés les tons des couleurs en sont modifiés, et cela de manière aléatoire (parfois plus clair, parfois plus foncé). Il est donc impossible de retrouver l’harmonie de départ…

Pour l’huile en revanche, omettre l’étape du vernissage est une faute technique grave amenant à sa perte. Surtout si vous peignez uniquement avec de l’huile et de l’essence de térébenthine comme beaucoup de peintres. Les couleurs finissent par pâlir, s’assombrir ou ternir, la pâte s’assèche et donc finit par craqueler. A moins que votre peinture soit déjà riche en résine dans sa composition (médium à base de térébenthine de Venise par exemple).

Cette étape étant indispensable, il y a des choses à savoir. Il existe deux catégories de vernis pour la peinture à l’huile : Le vernis final et le vernis à retoucher.

Le vernis final d’une peinture à l’huile s’applique une fois l’oeuvre bien sèche, plusieurs mois après voire une année entière après son achèvement. Pour comprendre pourquoi ce délai est si long, un article est dédié à ce sujet : Séchage d’une peinture à l’huile.

Quand au vernis à retoucher, il est considéré comme un vernis temporaire avec trois grands rôles expliqués dans cet article : Les 3 rôles du vernis à retoucher. Il peut être appliqué rapidement, seulement quelques jours ou quelques semaines après l’achèvement de l’oeuvre, parfait donc en cas d’exposition rapide.

L’art du vernissage

Un bon vernissage est déterminant pour la qualité et la bonne conservation de l’oeuvre. Il doit être régulier, étanche, transparent, souple, dur, réversible, résistant et non jaunissant. Un vernis mal appliqué provoquera une irrégularité visuelle, avec certaines parties plus brillantes que d’autres, ainsi qu’une protection inégale, certaines parties plus recouvertes que d’autres…

Les règles à respecter :

  • La surface doit être parfaitement propre et sèche.
  • L’environnement doit être sain, sans courant d’air, ni trop humide ni trop sec et avec une température modérée.
  • Ne pas être exposé directement aux rayons du soleil.
  • Le vernis doit être plus ou moins de la même température que l’oeuvre. Ni plus chaud ni plus froid que la température de la pièce.
  • Les brosses, pinceaux ou rouleaux doivent être propres, bien fournis et réservés uniquement à cet usage.

Préférer plusieurs couches fines plutôt qu’une seule épaisse. D’une part car elle sera plus facile à étaler, et d’autre part cela évitera à des coulures de se former. Pour l’assouplir afin d’obtenir des couches fines, vous pouvez diluer votre vernis dans le diluant qui a servi à sa fabrication (essence ou alcool) Mieux vaut être consciencieux car retirer un vernis nécessite un savoir-faire que seuls les restaurateurs d’oeuvres d’art maîtrisent.

Comment l’appliquer?

images

Le vernis peut être appliqué à la brosse, au pinceau, au rouleau, ou bien même en spray, tout dépend du format et de votre préférence. Les poils du pinceau ou de la brosse doivent être doux et nerveux.

Pour un vernis liquide, le vernissage se fait à l’horizontale, c’est plus facile et moins risqué. On l’applique de la même manière que lorsqu’on peint un mur, en croisant les mouvements horizontaux et verticaux en tirant bien pour éviter les surépaisseurs. Zone après zone. Si la surface est grande, ces gestes peuvent être assez fatigants.

Pour un vernis en spray, le vernissage se fait à la verticale, en vaporisant plusieurs couches fines, à une distance de minimum 30cm du support. Chaque couche doit être bien sèche entre les applications.

Toute la surface se vernit d’un seul coup. Si vous commencez, alors terminez, même si la surface est très grande. Le temps du vernissage est à prévoir dans votre planning.

Un vernis qui “tire”, qui devient collant et difficile à travailler lorsque vous l’appliquez, a déjà commencé à sécher.

Les problèmes rencontrés

En principe, tous les vernis disponibles en commerce sont censés être réversibles. C’est-à-dire qu’ils doivent pouvoir être retirés afin d’être remplacés une fois qu’ils sont trop altérés. Mais pour que cette opération soit faite correctement, encore faut-il que le vernis ait été bien mis!

Un vernis mal appliqué ou mal adapté provoque des altérations difficiles à rattraper ou carrément irrécupérables.

  • Des fonds mal préparés peuvent provoquer des irrégularités dans l’aspect. S’il est trop gras, le vernis peut s’écailler ou cloquer. S’il est irrégulier, des embus vont se former (Des zones qui ont perdu toute leur brillance).
  • Si le taux d’humidité est trop élevé, le vernis perdra de l’adhérence et des vagues, des coulures, une opacification ou un voile bleuté peuvent se former.
  • Les courants d’air transportent inévitablement toutes sortes de poussières, qui se retrouvent par conséquent enfermées dans la couche de vernis.
  • Le changement brusque d’humidité provoque une altération fréquente : le voile. Les couleurs deviennent ternes et blanchâtres, comme s’il y avait un brouillard.

[optin-monster-shortcode id=”nbfppufxvdxp5girhi5k”]

Vous aimerez peut-être aussi ...

Devenez maître de la couleur

Créé pour répondre à vos demandes! Toutes les explications théoriques et pratiques pour gérer la couleur à la manière des plus grands artistes peintres.
5 cours d’une durée d’une heure chacun avec une démonstration détaillée et des exercices commentés. 4 interviews d’experts en bonus.

En savoir plus

Vous avez aimé l’article ?

Partagez-le !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Cet article a 421 commentaires

  1. Nicole PY

    Bonjour, merci pour vos articles plein de conseils
    Voilà mon problème, j’ai verni (vernis brillant) une peinture à l’huile d’un format plutôt grand.. j’ai du repasser avec mon spalter sur un endroit ou j’avais déjà dû passer du vernis et maintenant que mon tableau est sec, cela me fait une zone plus brillante, plus épaisse que l’on voit très bien en pleine lumière. Puis-je faire quelque chose pour réparer cette erreur ?
    Merci pour votre réponse

  2. Eric

    Bonjour Amandine,

    Juste une petite question concernant mes aquarelles : Est-il possible de les vernir avec le produit Lefranc Bourgeois vernis à tableaux surfin anti-UV brillant aérosol pour huile et acrylique.
    Merci pour votre réponse et félicitations aussi pour votre site.

    1. Amandine Gilles

      Bonjour, il est possible que ce vernis laisse des traces sur votre aquarelle…

  3. Jennifer

    Bonjour Amandine,

    Je peins à l’huile sur bois enduit avec de la colle de peau de lapin et blanc de meudon.
    2/3 du panneau sont peints, je souhaite laisser ce qui reste en blanc de meudon.
    je suis cependant obligée de le vernir pour éviter les craquelures.

    suite à plusieurs essais, il arrive que l’enduit (non peint) fasse des craquelures lors de l’application d’un vernis, mat ou brillant.
    est-ce dû à l’enduit ou l’incompatibilité blc de meudon/vernis ?

    1. Mikel

      Bonjour, utilisant parfois l’enduit blanc de Meudon + colle de peau,
      peut-être que les craquelures viennent de votre dosage blanc/colle,
      ou de son manque de séchage, ou encore de son utilisation au delà du temps où il est exploitable avant qu’il se dégrade. Cordialement.Mikel.

  4. Paul

    Bonjour Amandine,
    Il m’arrive de restaurer des cadrans d’horloge métallique, en laiton ou plastique. Sur lesquels, un éclat des vernis à sauté. Il n’est pas possible des retirer le vernis complet du cadran.
    Le vernis est souvent jaunis. Comment faire pour faire une petite retouche de vernis avec une teinte ?
    Merci

    1. Amandine Gilles

      Comme le précise le titre de l’article, le sujet ici est le vernis à tableau. Les vernis pour tout autre objets ont d’autres propriétés, vous devriez poser la question à un spécialiste du “bricolage” ou de la restauration de métal. Merci 🙂

  5. Meryam

    Bonjour Amandine, est-ce que les vernis beaux arts ont une durée d’utilisation limitée dans le temps. Je vous pose cette question car j’ai récupéré des anciens flacons de vernis beaux arts non utilisés, ils ont une couleur plus jaune que les vernis récents, je me demande quel usage je peux en faire. Merci

    1. Amandine Gilles

      Bonjour Meryam, avec le temps les vernis jaunissent inévitablement, d’où leur teinte actuelle. De plus, s’ils ont déjà été en contact de l’air, certains éléments ont du s’évaporer. Le mieux serait de s’en procurer des nouveaux. Merci à vous