Le Blog

Le Liquin, un médium alkyde

Liquin, appellation donnée par Winsor&Newton, appelé aussi Fluid ‘n dry (ou Flow’n dry) chez Sennelier, ou encore Médium Alkyde pour les autres. Tous ces médiums pour peinture à l’huile diluables à l’essence sont similaires car ils se composent de résine alkyde. Peu importe le nom que le fabricant leur donne, la présence de l’alkyde leur fournira des caractéristiques semblables.

Origine et composition

Le mot alkyde est formé par la contraction du mot allemand Alkool et Acide. L’alkyde est une résine synthétique de type polyester. Le polyester est le résultat d’un mélange d’acide o-phtalique, d’acide d’huile siccative (en général huile de lin) et de glycérine. D’où le nom de certaines peintures murales diluables à l’essence : les peintures glycérophtaliques.

Les peintures artistiques aux résines alkydes sont utilisées depuis les années 1950. “On les appelait parfois au début peintures à l’huile modernes, pour ne pas employer les termes alkyde ou glycérophtaliques et vaincre une certaine réticence des utilisateurs qui restaient fidèles aux peintures à l’huile traditionnelles” André Béguin, Dictionnaire Technique de la peinture.

Comme toutes les peintures et vernis composés d’huiles siccatives (huile de lin, d’oeillette ou de carthame), les peintures et médiums aux résines alkydes durcissent au contact de l’air. Mais pour une histoire de molécules que je n’expliquerai pas, le durcissement est encore plus rapide et moins jaunissant.

Le médium à peindre à base d’alkyde est proposé sous forme de gel à déposer directement sur la palette, offrant plus de consistance à la pâte, ou bien sous forme liquide à verser dans un godet facilitant alors les détails. Il s’utilise de la même manière qu’un médium à peindre ordinaire, la proportion à mélanger à la couleur dépend de la consistance souhaitée.

Caractéristiques

  • Amélioration de la souplesse, de l’onctuosité, ce qui facilite l’application de la peinture
  • Amélioration de la dureté et de la résistance à l’humidité
  • Peu ou pas de jaunissement
  • Bonne adhérence
  • Rapidité de séchage grâce au solvant qui s’évapore et à la résine qui durcit. Séchage en 5h environ (prévoir plus en pâte épaisse).
  • Aspect souvent mat après séchage

Avantages et inconvénients

Le fait que le temps de séchage devienne si court peut être un avantage comme un inconvénient pour l’artiste :

L’avantage est de pouvoir réaliser de nouvelles couches ou des repentirs dans un laps de temps incroyablement court (24h en général), excluant alors la règle du gras sur maigre devenant alors inutile, ou de pouvoir transporter ses oeuvres rapidement après leur achèvement.

En revanche, l’inconvénient est de devoir travailler rapidement car le temps va manquer au peintre qui aime “retravailler” sa couche picturale.

A savoir toutefois que la résine alkyde n’offre ni le velouté satiné de l’huile, ni la plasticité de l’acrylique. Elle a ses caractéristiques propres. C’est pourquoi les peintures à base d’alkyde (Griffin par Winsor&Newton) sont une catégorie de peinture à part.

Vous aimerez peut-être aussi ...

Les défis créatifs

Venez relever mes 20 challenges pour stimuler votre créativité. Je vous propose des exercices de moins de 5min, accompagnés d’explications détaillées et de démonstrations.

En savoir plus

Vous avez aimé l’article ?

Partagez-le !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Cet article a 64 commentaires

  1. Dromardfr

    Bonjour, – j’ai acheté un flacon d’alkyde 250 ml Talens 007 Alkyd médium. Au fil du temps, la pâte dans la petite bouteille (pourtant bien refermée) forme des grumeaux ou des couches pelliculaires épaisses. De plus il est difficile de le faire sortir du flacon. J’ai alors ajouté un peu de térébenthine qui le rend légèrement plus liquide, mais les grumeaux n’ont pas disparu.
    N’y aurait-il pas intérêt à conditionner ce médium dans un récipient à l’ouverture plus large avec un bouchon plus étanche ? Si cela existe, je ne connais pas la marque qui le distribue.
    Ou alors, il y a une étape dans la conservation que je ne sais pas faire.
    Pouvez vous me dire comment conserver cette pâte correctement ou m’indiquer où je peux trouver une marque qui ne développe pas ces défauts ?

    1. Amandine GILLES

      Bonjour, le Liquin (et tout médium alkyde) se conserve plutôt mal dans le temps quand le produit stagne. Cela est du à ses composants chimiques. 2 solutions : soit vous secouez le flacon régulièrement pour que tous les composants restent mélangés. Soit vous achetez des flacons plus petits que vous viderez plus rapidement. Bien à vous.

  2. Martine Vaquier

    Bonjour Amandine. Peut-on faire un médium avec les ingrédients suivants :
    1/3 huile de lin cuite + 1/3 standolie +1/3 liquin.
    Quels sont les resultats? Les conséquences ?
    Quel temps de séchage entre les couches?
    Par avance je vous en remercie. Très cordialement.

    1. Amandine GILLES

      Bonjour Martine, la standolie est de l’huile de lin polymérisée, très visqueuse. Il est recommandé de l’utiliser en mélange avec les couleurs à un taux maximum de 5% (https://cbonvin.fr/sites/www.dotapea.com/standolie.html). Si vous y ajouter en plus de l’huile de lin cuite, alors votre pâte va être vraiment très collante, voir poisseuse.
      Cordialement

  3. Martine Vaquier

    Bonjour Amandine,

    Quelle est la différence entre le Liquin Original (W&N) et le Rapid Médium (Schminke)?

    Merci pour votre réponse
    Très cordialement

    1. Amandine Gilles

      Aucune ! Tous deux sont composés de résine alkyde. Seul le nom donné par le fabricant change 🙂

  4. natalia

    Bonjour, est-ce possible de rajouter (dans le frais) une couche avec du liquin sur une couche de peinture mélanger uniquement avec du solvant ? Merci pour votre réponse.

    1. Amandine Gilles

      Bonjour, si la peinture est encore fraiche, alors on ne parle pas de couche (principe de superposition), mais bien de mélange. Dans votre cas, cela reviendrait à mélanger du liquin, de la peinture et du solvant. Aucun souci donc 🙂

  5. Garantez

    Merci beaucoup Amandine pour votre réponse sur ma question du passage du gel alkyd au gel flamand.
    Puis-je compléter ma question : après que ma toile ait été peinte dans un premier temps avec du gel alkyd, quand je poursuis avec le médium flamand, est-ce que je dois repasser par le début du gras sur maigre = commencer par un lavis essence de thérébentine, puis médium flamand, puis huile de lin ?
    J’avoue que j’aimerais me passer de l’étape lavis-essence de thérébentine.
    Merci de votre réponse qui m’est précieuse !

    1. Amandine Gilles

      Bonjour, la couche précédente étant complètement sèche, libre à vous de doser comme bon vous semble 🙂