Le Blog

Le Liquin, un médium alkyde

Liquin, appellation donnée par Winsor&Newton, appelé aussi Fluid ‘n dry (ou Flow’n dry) chez Sennelier, ou encore Médium Alkyde pour les autres. Tous ces médiums pour peinture à l’huile diluables à l’essence sont similaires car ils se composent de résine alkyde. Peu importe le nom que le fabricant leur donne, la présence de l’alkyde leur fournira des caractéristiques semblables.

Origine et composition

Le mot alkyde est formé par la contraction du mot allemand Alkool et Acide. L’alkyde est une résine synthétique de type polyester. Le polyester est le résultat d’un mélange d’acide o-phtalique, d’acide d’huile siccative (en général huile de lin) et de glycérine. D’où le nom de certaines peintures murales diluables à l’essence : les peintures glycérophtaliques.

Les peintures artistiques aux résines alkydes sont utilisées depuis les années 1950. “On les appelait parfois au début peintures à l’huile modernes, pour ne pas employer les termes alkyde ou glycérophtaliques et vaincre une certaine réticence des utilisateurs qui restaient fidèles aux peintures à l’huile traditionnelles” André Béguin, Dictionnaire Technique de la peinture.

Comme toutes les peintures et vernis composés d’huiles siccatives (huile de lin, d’oeillette ou de carthame), les peintures et médiums aux résines alkydes durcissent au contact de l’air. Mais pour une histoire de molécules que je n’expliquerai pas, le durcissement est encore plus rapide et moins jaunissant.

Le médium à peindre à base d’alkyde est proposé sous forme de gel à déposer directement sur la palette, offrant plus de consistance à la pâte, ou bien sous forme liquide à verser dans un godet facilitant alors les détails. Il s’utilise de la même manière qu’un médium à peindre ordinaire, la proportion à mélanger à la couleur dépend de la consistance souhaitée.

Caractéristiques

  • Amélioration de la souplesse, de l’onctuosité, ce qui facilite l’application de la peinture
  • Amélioration de la dureté et de la résistance à l’humidité
  • Peu ou pas de jaunissement
  • Bonne adhérence
  • Rapidité de séchage grâce au solvant qui s’évapore et à la résine qui durcit. Séchage en 5h environ (prévoir plus en pâte épaisse).
  • Aspect souvent mat après séchage

Avantages et inconvénients

Le fait que le temps de séchage devienne si court peut être un avantage comme un inconvénient pour l’artiste :

L’avantage est de pouvoir réaliser de nouvelles couches ou des repentirs dans un laps de temps incroyablement court (24h en général), excluant alors la règle du gras sur maigre devenant alors inutile, ou de pouvoir transporter ses oeuvres rapidement après leur achèvement.

En revanche, l’inconvénient est de devoir travailler rapidement car le temps va manquer au peintre qui aime “retravailler” sa couche picturale.

A savoir toutefois que la résine alkyde n’offre ni le velouté satiné de l’huile, ni la plasticité de l’acrylique. Elle a ses caractéristiques propres. C’est pourquoi les peintures à base d’alkyde (Griffin par Winsor&Newton) sont une catégorie de peinture à part.

Vous aimerez peut-être aussi ...

Les défis créatifs

Venez relever les 20 challenges pour stimuler votre créativité. Amandine Gilles vous propose des exercices de moins de 5min, accompagnés d’explications détaillées et de démonstrations.

En savoir plus
guest
69 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Maori
Maori
Invité
28/01/2022 22:27

Bonjour, je souhaiterai savoir si le Liquin peut être utilisé par les peintres modernes qui travaillent simplement avec Cobra et de l’eau + huile de lin ? Merci bie

hauser valerie
hauser valerie
Invité
15/01/2022 14:07

bonjour

excellente initiative ,voila un sujet d’une importance considérable qui pourtant n’était jamais abordé clairement . Je suis très étonnée d’apprendre que le liquin peut être dilué à l’essence de térébenthine , j’étais persuadée que les résines ne se mélangeaient qu’à l’eau et j’ai réalisé de belles peintures de cette façon : huile de lin+ eau+liquin original = des effets de transparence du ciel et des lunes cerclées de lumière .malgré cela j’ai constaté que la recette ne marche pas à tous les coups et c’est ce qui m’a conduite jusqu’à votre rubrique .je suis moralement fatiguée de chercher le bon médium , j’ai arrêté l’huile pendant des mois à cause de ça .
fan d’Ivan Avaïzosky j’adore peindre des nuages vaporeux ( sfumato) ce qui n’est pas possible sans médium adapté , c’est toujours soit trop collant soit trop épais soit cela sèche trop vite et jusqu’à présent j’utilise une émulsion eau dans huile .
je peins aussi pas mal de marines avec des détails de vagues et d’écume en prenant comme modèle le travail de maitres tels que Frederick Judd Waugh , William trost Richards ou Charles Vickery , cas de figure ou l’émulsion ne fonctionne pas très bien et je n’ai toujours pas réussi à obtenir le medium qui assouplisse suffisamment ma peinture pour travailler les dentelles de l’écume comme je voudrais . comme vous semblez bien maitriser le thème du médium je me disais que vous auriez peut être un conseil à me donner . et merci de votre patience si vous m’avez lue jusque là .

Gobert
Gobert
Invité
18/11/2021 15:26

Bonjour, je découvre vos cours très interessants !
Je peints avec de l’huile cobra miscible à l’eau, puis-je utiliser le liant LIQUIN ? et du coup, je dois le diluer avec de l’essence de térébentine quand mème ?

Dromardfr
Dromardfr
Invité
07/10/2021 09:20

Bonjour, – j’ai acheté un flacon d’alkyde 250 ml Talens 007 Alkyd médium. Au fil du temps, la pâte dans la petite bouteille (pourtant bien refermée) forme des grumeaux ou des couches pelliculaires épaisses. De plus il est difficile de le faire sortir du flacon. J’ai alors ajouté un peu de térébenthine qui le rend légèrement plus liquide, mais les grumeaux n’ont pas disparu.
N’y aurait-il pas intérêt à conditionner ce médium dans un récipient à l’ouverture plus large avec un bouchon plus étanche ? Si cela existe, je ne connais pas la marque qui le distribue.
Ou alors, il y a une étape dans la conservation que je ne sais pas faire.
Pouvez vous me dire comment conserver cette pâte correctement ou m’indiquer où je peux trouver une marque qui ne développe pas ces défauts ?

Martine Vaquier
Martine Vaquier
Invité
03/10/2021 16:55

Bonjour Amandine. Peut-on faire un médium avec les ingrédients suivants :
1/3 huile de lin cuite + 1/3 standolie +1/3 liquin.
Quels sont les resultats? Les conséquences ?
Quel temps de séchage entre les couches?
Par avance je vous en remercie. Très cordialement.

Martine Vaquier
Martine Vaquier
Invité
02/04/2021 15:37

Bonjour Amandine,

Quelle est la différence entre le Liquin Original (W&N) et le Rapid Médium (Schminke)?

Merci pour votre réponse
Très cordialement

natalia
natalia
Invité
10/03/2021 14:58

Bonjour, est-ce possible de rajouter (dans le frais) une couche avec du liquin sur une couche de peinture mélanger uniquement avec du solvant ? Merci pour votre réponse.

Garantez
Garantez
Invité
23/02/2021 13:46

Merci beaucoup Amandine pour votre réponse sur ma question du passage du gel alkyd au gel flamand.
Puis-je compléter ma question : après que ma toile ait été peinte dans un premier temps avec du gel alkyd, quand je poursuis avec le médium flamand, est-ce que je dois repasser par le début du gras sur maigre = commencer par un lavis essence de thérébentine, puis médium flamand, puis huile de lin ?
J’avoue que j’aimerais me passer de l’étape lavis-essence de thérébentine.
Merci de votre réponse qui m’est précieuse !

Jean-Michel CORIOU
Jean-Michel CORIOU
Invité
14/02/2021 18:33

bonsoir Amandine , je travaille avec le liquin cependant je retrouve le produit figé voir durci même correctement fermé , de ce fait , pour espérer sauver le reste du liquin , est il possible de verser de l’essence de térébenthine pour le retravailler et le réutiliser.
merci de votre réponse

Garantez
Garantez
Invité
28/01/2021 21:43

Bonsoir,
Après lecture des 50 commentaires, je me permets de vous poser une question qui n’a pas été posée : j’aime débuter (et un peu plus) une toile avec le gel alkyd, mais j’aimerais passer à l’étape plus approfondie (matière) à l’aide du médium flamand puis de l’huile en final, est-ce possible ?quels sont les risques ?
Merci de votre réponse

avner sarfati
avner sarfati
Invité
09/01/2021 10:28

Bonjour Amandine!
J’ai rencontre une astuce au web sur le nettoyage des pinceaux – apres les avoir essuyes, il suffit de les tremper dans de l’huile de cuisine simple( tournesol, canola) et ensuite les laver au savon de marseille ou au savon de vesselle et eau chaude ! j’ai essaye et j’ai trouve cela effectif!
au sujet du Liquin, j’avais un flacon que je n’avais jamais utilise a cause d’un arret trop long (2 decenies!!!) “Grace” au confinement je me suis vu revenir a la peinture a l’huile faute de pouvoir parcourir le monde avec mes appareils photos, j’ai redecouver ma vieille passion de la peinture et je suis retombe dans ses charmes.
Malheuresement je ne trouve plus ce fameux Liquin dans mon pays (Israel) en plus il est tres difficile a un prix normal de se le procurer a l’etranger, que se passe t’il avec le siccatif en tube de Winsor Newton que j’en possede? comment l’utilise t’on si c’est conseille? et une derniere question, etant donne que je construis mes propres toiles cadres et enduis ( j’ai herite une disaine de vieux bons draps de lin jamais utilises de 80 ans!!!) , est ce possible d’enduire la toile vierge avec une peinture polymerique a l’eau du commerce? merci d’avance!

Véronique Hervouet
Véronique Hervouet
Invité
02/01/2021 01:03

Il y a le médium Lukas, « beurre à peindre« , médium d’empatement très épais à la résine alkyde.
Il contient aussi de l’huile de lin. Je suppose très peu vu qu’il ne laisse pas de trace de gras sur une feuille de papier. Au bout de combien de temps pensez-vous que je puisse mettre un vernis définitif sur un tableau comportant d’epais empâtements faits avec ce médium alkyde Lukas ?

Lorraine Langlois
Lorraine Langlois
Invité
26/10/2020 03:46

Bonjour
J’utilise la peinture a l’huile soluble a l’eau Artisan de Winsor &Newton . Je me demande si je peux utiliser le liquin original avec ce type de peinture.
Merci de votre aide et desolee pour les accents manquants car pas douee avec ma tablette!

Buckie
Buckie
Invité
02/10/2020 13:51

Bonjour,
Je suis fan de liquin détails fins pour glacis que je préfère à l’original. Le fin permet de fondre les couleurs les unes dans les autres, mçeme le lendemain.
Je le prépare ainsi 3/4 de liquin fin détails 1/4 d’essence de pétrole + qqs gouttes d’huile de lin, voilà un bon médium dont je me sers toujours.
Merci à toutes et tous pour vos commentaires

Drodro
Drodro
Invité
Répondre à  Buckie
08/02/2021 11:36

Merci pour ta recette. Enfin quelqu’un qui répond au questionnement de l’utilisation de l’alkyde, médium dont on ne parle pas assez. On peut s’en servir également comme vernis pour un tableau fini en respectant les délais de séchage minimum 6 mois… bravo.

Laurent
Laurent
Invité
23/09/2020 11:00

Dans une peinture, en utilisant le liquin, il va y avoir des moments où la texture de la pâte à la sortie du tube étant assez fluide, vous ne mettrez pas de liquin…. donc comment affirmer que le tableau sera sec en 24h ? Certaines parties oui, d’autres non, celles sans liquin il leur faudra au moins 2 jours.

Cet article n’est valable que pour de la peinture en tube alkyde, pas pour de la peinture à l’huile à laquelle on à certains moment du médium alkyde pour fluidifier.

Par exemple, moi, j’aime travailler avec de la peinture très ferme en frottis, donc le liquin ne me servira à aucun moment.

Olivier
Olivier
Invité
14/09/2020 05:05

Bonjour Amandine,

J’aimerais vous demander une explication sur le liquin.
J’ai lu que la règle du gras sur maigre est inutile avec le liquin, puisque une couche fine de peinture durcie en 24h. Hors, avec un médium classique, en travaillant plusieurs couches, il faut attendre qu’une couche soit durcie pour y poser la suivante avec un mélange plus gras. Parce que même si la couche est “sèche”, la couleur continue de travailler par dessous pendant des mois.

Donc, j’en reviens au liquin, si on ne respecte pas les mêmes proportions à chaque couche, il peut y avoir un effet de craquelure ? (même sèche au toucher, trop de liquin sur une couche, puis moins sur, par-dessus etc) puisque même sèche au toucher en 24h, la couleur transformée en alkyde continuerait, elle aussi, à durcir (même si la période est plus courte que avec des médiums classiques).

Certains affirment qu’il faut quand même diluer le liquin à l’essence et diminuer la quantité d’essence à chaque nouvelle couche.

Parce que si on doit attendre 6 mois pour vernir un tableau fait au liquin, un an pour un tableau fait au médium classique… c’est qu’il y a bien, aussi, une période de sicatisation… donc une irrégularité de proportions de liquin sur des couches différentes feraient durcir des couches par dessous par exemple, pouvant entraîner des craquelures ?
Puisque même sèche au toucher, avec les médiums classiques, il faut enrichir la couche suivante plus grasse… pourquoi cela serait-il différente avec le liquin (sec au toucher en 24h mais en profondeur ?)

Qu’en pensez-vous et quelle serait la meilleure façon de travailler sans avoir de mauvaise surprise en utilisant le liquin ?

Je vous remercie

Olivier

Zay
Zay
Invité
28/08/2020 13:02

Bonjour Amandine, je peint depuis très longtemps avec Griffin alkyd de chez Winston&Newton et j’aimerai, pour avoir plus de choix, pouvoir mélanger avec des couleurs dans une autre marque de huile classique. Comment alors savoir combien de liquin il faudrai pour que le temps de sechage correspondrai à celui de mes huiles d’alkyde Griffin ? Merci de me répondre. Aïna

ROCHE Claude
ROCHE Claude
Invité
29/04/2020 09:59

Quand je peins je verse une petite quantité de liquide dans un petit genre mini pot de confiture je n utilisé par toute la quantité et refermé bien le pot problème quand je reprends mon œuvre le liquin s’est figé est devenu une gelée épaisse je peux plus m en servir est-ce que je peux le diluer avec du siccatif ou de l essence de térébenthine sans altérer ses capacité et temps de séchage ?,

Cristobal
Cristobal
Invité
12/03/2020 16:40

Bonjour,
J’ai utilisé ce medium, je trouve qu’il aplati totalement la peinture, l’oeuvre est plate sans profondeur, le meilleur medium que j’ai utilisé c’est le “médium pour glacis Flamand” (à base de résine Copal).
Cdlt.

Cristobal
Cristobal
Invité
Répondre à  Cristobal
12/03/2020 16:44

Je voulais ajouter que le médium Flamand fait “sécher” la peinture à l’huile extrêmement vite, du jour au lendemain vous pouvez appliquer une nouvelle couche sans altérer la couche précédente.

Ratier
Ratier
Invité
03/03/2020 18:04

Bonjour Amandine,
On a échangé récemment sur comment nettoyer les pinceaux (peinture à l’huile). Entre temps, j’ai essayé ceci (que j’ai piqué à un artiste dont j’ai vu des vidéos sur internet) : plus aucun solvant. Essuyage des pinceaux pour enlever un maximum de peinture. Puis trempage dans de la lessive + eau (en plus, personnellement, pour ma machine à laver, j’utilise une lessive BIO). Je laisse souvent tremper la nuit et nettoie chaque pinceau au matin, avec savon de marseille + bon rinçage.
Non seulement les pinceaux sont nettoyés mais ils ont une bien meilleure tête que décapé au solvant !

chauwin
chauwin
Invité
Répondre à  Ratier
08/06/2020 15:29

La meilleure technique que j’utilise pour ne pas nettoyer mes pinceaux après chaque séance de travail, je trempe mes pinceaux à plat dans de l’huile d’olive. Cette huile ne s’évapore pas et je retrouve mes pinceaux parfaitement souples

GERHART Pierre
GERHART Pierre
Invité
25/02/2020 11:21

Bonjour Amandine Gilles,
Un gros merci pour vos conseils judicieux et précis. Je vis au Cameroun à Douala (vieux prof de Philo retraité) et repeins maintenant. Une drogue après un usage abusif de mots !
Je voudrais terminer une série de toiles non montées sur chassis. Puis-je les rouler pour voyager en France sans risque de les abimer (craquelures, fissures, etc.) ?
Avez-vous des conseils à ce sujet ?
Encore un gros merci et salutations chaleureuses du Cameroun (35° !!!).

Pouvez-vous me répondre sur ma boite mail (ci-dessous) ?

Pierre GERHART

Nathalia
Nathalia
Invité
09/02/2020 17:49

Bonjour Amandine,

Tout d’abord, je trouve vos conseils judicieux.
C’est la raison pour laquelle, je voudrais vous poser quelques questions à propos du liquin.

J’ai lu sur le net qu’il fallait utiliser le liquin en montant à chaque couche de peinture un peu plus en quantité et un vendeur en magasin me disait que j’aurais dû diluer mon liquin proportions plus riche à chaque couche.

Si on prend le principe du gras sur maigre pour un médium classique : on doit attendre quelques jours pour une couche mince, que sa surface soit sèche (durcie au toucher) avant de mettre une seconde couche un peu plus grasse. Mais il faut des mois pour l’huile siccative en profondeur, malgré que l’on a posé une nouvelle couche.. soit, mais pour le liquin, pourquoi ne faudrait-il pas respecter la règle du gras sur maigre, puisque la surface après 24h au liquin est déjà sèche au toucher (la même chose que le médium classique), mais pourtant il faut aussi attendre des mois avant de poser un vernis final, ce qui veut dire que l’huile continue de durcir.
Autrement dit ce qui est valable pour les médiums classiques n’est-il pas valable aussi pour le liquin, couche durcie, est mais l’huile continue de réagir en profondeur, et donc une variations de liquin modifierait la souplesse des couches et donc craquelures ?

Donc, n’est-ce pas dangereux de faire une couche de glacis avec énormément de liquin et peu de couleurs, puis une fois sec, mettre une nouvelle couche avec moins de liquin etc.

Parce que je me disais, trop de liquin séchage trop rapide, trop dur, puis une couche plus souple etc …
Les variations de quantité peuvent-elles entrainer des craquelures prématurées sur la toile ?

Peut-on vraiment y aller à fond avec le liquin du début à la fin du tableau, parce que je peins mes toiles ainsi, sans me soucier du gras sur maigre ni en me souciant des proportions “liquin – couleurs du tube” ? parfois je met une couche de peinture avec peu de liquin sur une couche plus ancienne de glacis fortement diluée au liquin etc dès que la surface est sèche au toucher après 24h.

J’espère que vous ayez compris mon questionnement et dans l’attente de votre réponse, je vous souhaite bonne continuation dans votre travail.

Lionel Crotet
Lionel Crotet
Invité
06/02/2020 14:39

Bonjour Amandine,

Je répond un peut tard ( mieux vaut tard que jamais) moi après une séance de peinture avec le liquin original, je nettoie mes pinceaux après les avoir essuyé, sans solvant, avec du savon noir épais en bidon,
si l’on peu donner des marques , Marius Fabre, ou le Starwax les deux sont à l’huile d’olive. Bien rincer à
l’eau et voilà, en plus de nettoyer ils protègent vos pinceaux.

Bien à vous cordialement, Lionel. Si le résultat vous intéresse, je suis sur Artmajeur et sur Wix.

dora lemaire
dora lemaire
Invité
20/01/2020 14:23

Bonjour Amandine ,

J’emploie depuis des années le Liquin et j’en suis très contente . Aucun problème , mais le problème se trouve de savoir comment le garder le mieux , pour qu’il ne durcit pas trop vite. Peut on le mettre au frigo par exemple ou ailleurs . peut on y ajouter de la térébenthine, mais cela risque peut être , qu’il sèche encore plus vite ?
Pour garder mes pinceaux + longtemps en ordre , je pratique quand j’ai terminé, d’essuyer le pinceau avec un chiffon en coton. Ensuite, je le je le secoue , dans un peu d’huile d’olive ou il lâchera encore bcp de couleur, ensuite le laver avec du savon de Marseille et bien rincer.
Par contre je vous demande , si vous avez une solution , pour pouvoir nettoyer des pinceaux qu’on a oublier et qui sont durcis! Pour faire des travaux banales avec après par exemple.
Merci pour vos magnifiques conseils , comme je vous l’ai déjà dit plusieurs fois . merci Dora Lemaire

Eric
Eric
Invité
10/12/2019 22:43

Bonjour,
J’ai un peu peur de ne pas mettre la même quantité de liquin d’une couche à l’autre, et j’ai lu plus haut que ça pouvait craqueler plusieurs années après
Vu votre experience de 20 ans , pouvez vous confirmer que ça ne craquelé pas, ni de couche qui se décolle si on attends que 24h entre les couches? Merci beaucoup. Eric

Georges
Georges
Invité
06/12/2019 13:32

Bonjour Amandine, bonjour à tous
Très gêné par les vapeurs de certains solvants et composants de nos peintures, je me pose la question de l’utilisation du Liquin : qu’elles sont les précautions d’usages ? Vous savez les petits logos derrière les flacons.
Merci
Georges

Gus
Gus
Invité
02/12/2019 17:51

Bonjour

Concernant les reprises après une interruption de plusieurs semaines, il est impératif de bien dégraisser sa peinture (au liquide vaisselle par exemple) et à bien rincer. La raison est qu’au cours de la polymérisation des substances grasses remontent en surface. Ne pas les enlever expose à un décollage de la nouvelle couche (et des suivantes), ce qui peut arriver des années plus tard.

Concernant la règle du gras sur maigre, la réalité est plutôt la règle du souple sur du rigide. Quand on fait le contraire, c’est comme lorsqu’on construit une maison en terrain argileux : elle a tendance à glisser et se fissurer. Comme dans notre domaine le souple est plus gras que le rigide, pour des raisons pratiques on parle de gras sur maigre mais il faut arder le phénomène à l’esprit.

Il découle de ces deux points que je ne me hasarderais pas à mépriser la règle du gras sur maigre après seulement 24 heures (simple délai de mise hors poussière) c’est-à-dire bien avant polymérisation complète de la couche précédente (au moins un an). C’est peut-être inutile mais ça semble si logique !

Nel
Nel
Invité
31/10/2019 06:29

Bonjour Amandine,

Je me sert du liquin original depuis quelque temps, c’est top pour retravailler le lendemain, merci
d’expliquer aujourd’hui qu’il n’y a pas de différence entre les marques que vous citez.
Moi en revanche, j’aurai bien aimé avoir votre conseil plus tôt, car je commande ce médium W&N en
Angleterre, pour la quantité 250ml et 500ml, frais de port réduit et prix attractif. Je le commande en
Angleterre , pour une autre raison, c’est qu’en France c’est toujours indisponible, ou en “rupture de stock”.
Avec votre conseil, je vais tester les autres marques, pour comparer leurs siccativité.

Merci Amandine pour vos conseils, en même temps vous feriez un très beau modèle!

Artistiquement vôtre! Lionel.

Ratier
Ratier
Invité
Répondre à  Nel
29/12/2019 20:08

Bonjour Amandine,
Pour nettoyer mes pinceaux, je suis obligée d’utiliser un solvant. Mais j’essaie de grouper mon nettoyage en profondeur : j’essuie mes pinceaux, je les trempe dans le médium et les re-essuie. Là, le maximum de peinture est parti. Sur quelques jours, cela suffit. Au bout d’un moment je trempe les pinceaux dans un peu de Solvapeint, qui – s’il est extrêmement puissant – bizarrement ne me déclenche pas d’allergie. Je ne les laisse pas tremper longtemps (quelques minutes maxi), puis je les lave avec du savon de marseille et de l’eau claire. Et les fais sécher à plat dans un super pincellier que je viens de fabriquer !!
Merci pour votre site

Ratier
Ratier
Invité
Répondre à  Nel
03/12/2019 11:32

Bonjour Lionel,
Je me permets de vous répondre même si votre message s’adresse à Amandine.
Personnellement, férocement allergique à la thérébenthine, je peins depuis des années à l’huile avec uniquement le Liquin Original de W&N, pour toutes les étapes (esquisse, jus dilués, amélioration de l’onctuosité, glacis).
Je le commande en bidon de 1 litre au Géant des Beaux Arts, par correspondance.

C’est un produit qui a ses limites (il brille un peu, mais rien ne vous empêche de poser un vernis mat ou satiné par la suite), mais qui a vraiment ouvert la peinture à l’huile à beaucoup, car sans solvant toxique qui vous arrache les bronches !….

Amicalement

Mairy
Mairy
Invité
31/10/2019 04:15

Bonjour Amandine,
Puis-je utiliser du Liquin en glacis sur une ancienne toile peinte il y a plus d’un an et donc complètement sèche, sur laquelle j’avais utilisé beaucoup de médium, sans risque de craquelures?
Dois-je auparavant appliquer du vernis à retoucher?
Est-ce que le fait qu’une toile peinte à l’huile soit sèche depuis longtemps permet ensuite d’utiliser n’importe quel diluant ?
Merci de votre réponse , j’adore votre blog et vos commentaires pro et bienveillants.

Mairy

MAIRY
MAIRY
Invité
Répondre à  Mairy
25/11/2019 13:01

Bonjour,
Je voulais juste apporter une petite précision: loin de moi l’idee d’appliquer « tout et n’importe quoi » sur mes toiles , mais simplement je n’utilise pas toujours la même marque de médium, c’est dans ce sens là que je demandais si je pouvais utiliser n’importe quel diluant…
Cordialement
Mairy

Victoria
Victoria
Invité
04/10/2019 18:16

Bonjour Amandine,

J’aimerais avoir votre avis sur l’utilisation du liquin.
J’ai lu sur le net qu’avec cette résine alkyde, le principe du gras sur maigre n’est plus à prendre en considération vu le séchage rapide d’une fine couche en 24h.

Je peins en plusieurs couches. Lors d’une couche, je réalise un glacis avec beaucoup de liquin + couleurs du tube. Ensuite, après que la surface soit à nouveau comme sèche (durcie), je réalise une nouvelle couche par dessus, avec, cette fois, peu de liquin + couleurs du tube.
Cette nouvelle couche étant moins riche en liquin que la précédente, est-ce que je risque des craquelures au fil du temps ou alors, comme écrit sur le net, pas de soucis de gras sur maigre ?

En résumé, peut-on jouer sur les quantités de liquin à chaque couche, sans se soucier de cette règle de gras sur maigre ? (car certains disent, qu’il faut “monter” en quantité de liquin à chaque couche).

Merci à vous.

raymond SANCHEZ
raymond SANCHEZ
Invité
28/08/2019 08:22

Bonjour Amandine, comment allez vous, j’utilise ce medium depuis des années et, en ce qui me concerne c’est top.
j’adore vos articles explicatifs, vous êtes très pédagogue et , vos explications, sont d’une précision chirurgicale,
Merci pour ces infos supplémentaires, car lorsque je faisais des recherches à son sujet, il m’était impossible d’en trouver d’aussi précises et aujourd’hui encore. C’est le premier article aussi détaillé que je lis sur ce sujet. BRAVO.
Artistiquement Raymond.

gauthier
gauthier
Invité
Répondre à  raymond SANCHEZ
03/12/2019 17:13

tout à fait d’accord avec votre commentaire mais je vais rajouter une petite parenthèse, nous n’avons aucun cadeau des uns et des autres….pour mettre en exergue tels ou tels méthode ou produits, uniquement la pratique…..et les expériences, alors comme médium pas couteux, moitié white
moitié huile de lin brut un excellent médium qui ne jaunit pas et qui n’est pas couteux…… J’
adore tout le reste aussi, en bonne prof je le recommande….à mes élèves lycéens ….

Manon Plouffe
Manon Plouffe
Invité
28/08/2019 02:20

On m’a mentionné que je pouvais ajouter de l’huile au liguin pour plus de brillance… est-ce exact

Varin
Varin
Invité
27/08/2019 19:13

Merci de ces précieux conseils

Diane
Diane
Invité
27/08/2019 14:15

Ave-vous une alternative au Liquin… j’ai des problèmes avec l’odeur.

Mathieu Micheline
Mathieu Micheline
Invité
27/08/2019 14:10

Je me sers de ce produit depuis 20 ans et j’en suis très contente !

Moyson Nicole
Moyson Nicole
Invité
27/08/2019 13:37

Merci pour les infos …faut il mélanger le liquin avec de l’essence ?

AVRIL Patrick
AVRIL Patrick
Invité
27/08/2019 13:06

Ah !
Enfin des explications suffisamment détaillées et utiles qui démystifient l’usage de l’alkyde.

Je me suis récemment risqué à en utiliser grâce quelques avares conseils glanés ici et là : je devais livrer un tableau dans un délai assez court et le résultat a été probant.
Les effets que vous décrivez sont tout a fait exacts. En particulier le fait que l’on ne peut plus peindre dans le frais si on attend 24 h.
J’ai refais une tentative sans difficultés particulières pour un portrait, en mettant très peu de médium.
J’ai toutefois rencontré au final des problèmes de brillance variable sur la surface de la toile ; un vernis mat pulvérisé a parfaitement unifié le tout.

Merci pour votre apport technique et en particulier la question des équivalences entre les différents fabricants (qui pourraient laisser penser que Pierre est différent et bien meilleur que Jacques … et qui égare l’artiste qui a la tête dans les nuages).

Dernier point ; , j’ai hérité d’un stock de tubes de peintures alkydes (assez rare à trouver semble-t-il) que je gardais précieusement sans trop savoir comment les utiliser, faute de conseils. Maintenant que je sais que ce n’est “que ” de la glycéro…..

Broeders serge
Broeders serge
Invité
27/08/2019 11:22

Très bon medium

Philippe MORIN
Philippe MORIN
Invité
Répondre à  Broeders serge
01/09/2019 14:57

Bonjour Amandine,

Votre article sur le médium Alkyde m’apporte les indications nécessaires qu’il me fallait, car son emploi est tout nouveau pour moi.

En effet, je veux l’essayer à la place du médium que j’emploie habituellement, depuis de nombreuses années, à base d’huile de lin Standolie. Question de climat, là où je travaille, influant sur le temps de séchage.

Merci et félicitations pour votre blog d’art instructif, précis et très agréable.