Le Blog

Les glacis, c’est quoi ?

Les glacis, c’est difficile et compliqué” ; “Mon prof de peinture n’a pas voulu nous apprendre à faire des glacis…”,  “j’ai pas le niveau pour ça”, et puis, au fond,“c’est quoi un glacis ?”

Soyons clairs une bonne fois pour toute : la pose de glacis est simple, facile, basique, et accessible à tous, peu importe votre niveau ! Ce n’est pas compliqué, c’est juste qu’il faut apprendre, nuance. Si certains profs ne vous l’apprennent pas, c’est qu’ils ne savent pas eux-même faire ou qu’ils souhaitent conserver un secret de polichinelle. 

Explications 

Par définition, un glacis est une couche de peinture transparente que l’on superpose à une autre déjà sèche. Son but est de créer un effet lumineux, qui va donner un effet de profondeur et de subtiles nuances. Il ne doit pas recouvrir un fond, mais uniquement modifier ou sublimer la teinte déjà présente, afin d’apporter une ambiance chromatique particulière à l’oeuvre.

Le glacis se veut donc léger et transparent.  Pour cela, on privilégie les couleurs aux pigments naturellement transparents (laque carminée, laque de garance, vert émeraude, jaune indien, blanc de zinc,…). Autant de couches peuvent être appliquées que nécessaire, du moment que le temps de séchage entre chacune d’elle est bien respecté. La superposition peut donc être illimitée, les effets n’en seront que meilleurs. 

Il est important de comprendre le phénomène : les rayons lumineux traversent toutes les couches de couleurs transparentes, puis se réfléchissent sur le support en parvenant jusqu’à nos yeux. Donnant parfois l’impression que la source de lumière se trouve sous l’oeuvre elle-même. D’où l’importance de la préparation du fond.

On peut comparer ce phénomène à celui des verres colorés, les vitraux.

Le phénomène lumineux

Les rayons lumineux traversent chacune des couches de glacis, se réfléchissent sur le support, puis parviennent à nos yeux. Créant ainsi un sentiment de profondeur comme si la source lumineuse se trouvait de l'autre coté.

Pour que ce phénomène soit réussi, la transparence seule ne suffit pas. Une aquarelle, pourtant naturellement transparente, ne réagit pas selon ce phénomène lumineux, elle ne crée pas cette sensation d’intensité et de profondeur. Pour obtenir un glacis, la pâte picturale doit être onctueuse, brillante, et relativement épaisse. Telle une laque, la présence de liants résineux et d’huiles claires est donc primordiale.

Les grands Maîtres de la peinture à l’huile sont ceux qui sont parvenus à comprendre et à maîtriser ce phénomène physique au sein de leurs tableaux, aussi bien par le jeu interne des lumières que par celui de l’aspect. Car l’autre atout des glacis à l’huile, est cette onctuosité faite de matière grasse, permettant d’obtenir un modelé très doux, lisse, sans traces de pinceaux. Un vrai glaçage sur sa peinture !

Il est convenu d’attribuer la paternité de ce procédé à Jan van Eyck au début du XVe siècle, proposant alors une recette de peinture grasse, résistante à l’eau et aux effets visuels inédits. Il aurait été le premier à appliquer des glacis à l’huile sur des dessous à la détrempe (peinture diluable à l’eau), ouvrant alors par la suite la voie vers le “tout à l’huile”.

Les époux Arnolfini - Jan Van Eyck - 1434

Les glacis sont l’essence même de la peinture à l’huile, sans eux, cette peinture perd de son interêt. Autant utiliser alors de l’acrylique ! D’autant plus qu’ils superposent aussi sur de la peinture acrylique. Les deux techniques se complètent parfaitement. 

Réaliser un glacis facilement

La seule aptitude particulière à avoir pour poser des glacis, est l’anticipation… Bien qu’ils se posent en étape finale, le peintre doit y penser dès le départ afin d’organiser ses teintes de manière optimale. Car le rendu diffère selon si c’est un glacis clair sur foncé, ou un glacis foncé sur clair. Pas d’inquiétude, l’expertise vient avec l’expérience !

  • On utilisent des pinceaux à poils souples (naturels ou synthétiques). La douceur et la souplesse des poils sont essentielles.
  • On mélange la peinture avec un médium à peindre ou à médium à glacis (facile !). Ils rendent les couleurs transparentes et accélèrent le durcissement, permettant de gagner du temps dans la superposition. Le dosage dépend du niveau de transparence et de gras que vous souhaitez (règle du gras sur maigre).
  • Ne pas utiliser uniquement de l’huile ! Il y en a déjà dans les tubes de couleurs du commerce, donc en ajouter provoquerait un excès qui serait non seulement responsable du jaunissement, mais qui prolongerait considérablement le temps de séchage. Et d’autres déconvenues probables.
  • L’application d’un glacis doit se faire assez rapidement, car la pâte résineuse devient rapidement collante. Ensuite, ne plus y toucher avant le séchage complet.

Démonstration

1 – Le sujet

Une première couche à l’acrylique a ici été appliquée au préalable.

2 – Le matériel

Le médium est composé entre autre de résine, laquelle emprisonne lors de son durcissement le pigment, comme un moustique dans de l’ambre. C’est donc grâce à elle que les pigments vont être protégés et les couleurs pérennes à travers les âges. 

3 – La pratique

Après avoir plongé votre pinceau dans le médium, mélangez-le à votre couleur afin d’obtenir une consistance fluide, onctueuse et surtout transparente. Ici par exemple, le bleu de Prusse, très foncé en pâte, devient plus lumineux une fois dilué au médium. Le résultat obtenu est bien différent d’un simple mélange couleur/essence qui dénature la teinte et appauvrit la pâte, ici, on sent un apport en matière grasse.

A présent, appliquez votre teinte à l’endroit voulu. Pour obtenir ce fameux modelé doux (sans traces de pinceaux), vous devez “caresser” la surface avec une brosse propre à poils très doux. Attention tout est dans le dosage. Il y a excès de médium lorsque la pâte se met à “perler” sur la surface. Si cela arrive, rajoutez de la couleur pour ajuster les proportions. 

Voici le résultat final après seulement 6mn de traitement ! Avec ces quelques ajouts, le sujet s’en trouve déjà bien modifié. Alors imaginez avec des heures de travail et plusieurs couches !

Regardez la vidéo juste en dessous de la démonstration qui a réellement duré moins de 6mn !

Vous aimerez peut-être aussi ...

guest
59 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Jacques Deghorain
Jacques Deghorain
Invité
17/07/2022 08:45

INDISCUTABLEMENT une magnifique réalisation MAIS , cette technique de glacis , qui ne se justifiait pleinement que lorsque la photographie n’existait pas , est-elle toujours aussi attrayante aujourd’hui ? Ne serait-il pas préférable d’utiliser cet énorme capacité de patience nécessitée par cette technique à d’autres manières de peindre , plus actuelles , plus innovantes qui nous ouvriraient de nouvelles portes vers l’avenir et non plus aussi régulièrement vers le passé ? Tout ça , sans ne rien exclure , bien entendu !!! Je dis ça , mais je ne dis rien……mais j’ai parfois l’impression que la peinture d’aujourd’hui se complaît un peu trop à continuer à ouvrir des portes ouvertes et que nous ne faisons plus que tourner en rond . A méditer un peu , me semble-t-il , parce que , bien souvent , ne plus progresser est synonyme de régresser et ça , c’est pas très bon pour nous !!…….Mais ne crachons quand même pas dans la soupe , ce serait aller beaucoup trop loin et ce n’est aucunement mon propos ! Bonjour à tous , amis peintres !

serge17
serge17
Invité
Répondre à  Jacques Deghorain
21/07/2022 18:16

Pourquoi penser que l’on peut toujours et indéfiniment tout inventer? c’est je trouve très présomptueux et bien un signe de notre siècle. Penser que l’on est meilleurs que nos prédécesseurs. Pourtant, il arrive bien un moment, où, quoi que l’on fasse, on voit bien qu’on est arrivé au bout du bout. Je prendrai ici l’exemple d’une chaise. Cette dernière, au 16e siècle, était fortement chargée et les siècles suivants n’auront eu de cesse de conserver les traditions d’un artisanat, de l’excellence, du respect d’un travail bien fait simplement en apportant des modifications en fonction des modes, des goûts et des avancées techniques de leur époque.

Il faudra attendre le 19e siècle et l’arrogance des contemporains de l’époque pour idéologiquement tout voir sous le prisme du progrès et de la sainte modernité et penser que nous pouvons toujours tout inventer, progresser indéfiniment. Tout remettre en question et railler le passé en le trouvant archaïque.

Regardez ce qui est advenu de cette chaise et pouvons-nous pousser encore plus loin son dépouillement pour faire “moderne” !? il en va de notre art comme de cette chaise, une fois que tout a été fait ou plutôt défait, dépouillé, que pouvez-vous encore supprimer : son dossier? ses pieds…? et de notre peinture ? une fois que de l’art ne reflète plus ni l’idéal ni le réel ni même l’abstraction, que lui reste-t-il et est-ce encore de l’art ou la négation de l’art. Que voulez nous dire les Duchamp ou les Malevitch ?

Lise Pagé
Lise Pagé
Invité
29/03/2021 23:50

bonsoir j’aime beaucoup vos explications. je suis en train de faire une peinture avec lac le reflet sur l’eau pour faire comme une transparence si je comprends bien je trempe mon pinceau dans le medium à peindre avec ma couleur ce qui me donnera luisant sur l’eau ? j’utilise peinture Artisan water mixable oil
color meme sorte avec medium …merci c’est chouette de votre part

Ludma
Ludma
Invité
25/09/2020 21:18

Oui, vous pouvez, mais ca s’appelle deja imprimatura et sert pour autre shose.

FRANCINE PROVOST
FRANCINE PROVOST
Invité
23/09/2020 19:12

Bonsoir ! je souhaite savoir si après avoir dessiné sur la toile, on peut directement appliquer des glacis sans avoir appliqué une première couche de peinture à l’huile … ou cela n’est il pas possible ??? merci pour votre réponse car je ne suis pas experte pour tout comprendre … bonne soirée !

Le Berre
Le Berre
Invité
09/07/2020 09:44

Bonjour,

Je suis en train de réaliser un lac de montagne qui est turquoise et émeraude, le vert de la forêt au fond semble pourtant tirer sur un vert “Corot”, il n’y a pas trop de reflets d’arbre dans l’eau sauf sur un côté de la scène, celle exposée au soleil. En photo c’est beau mais en peinture il y a quelque chose qui cloche puisque les arbres sont sensés se refléter dans l’eau, les couleurs ne s’accordent pas entre la forêt et l’eau. Ensuite je rate mes glacis sur ce lac. En marine quand il y a les vagues je les réussis assez bien, mais là c’est horrible. Concernant les couleurs, j’utilise du bleu de prusse et du jaune candium pour les arbres clairs et les reflets de ces arbres qui sont au bord de l’eau et le vert hooker pour les plus foncés en arrière plan, pour l’eau c’est le vert émeraude et le bleu de prusse aussi, le blanc de titane…mais c’est beurk un peu..Merci de votre réponse

Yanick DOUET
Yanick DOUET
Invité
05/07/2020 16:44

Bonjour, merci pour ces explications. Je suis un peintre sur acrylique et je n’ai jamais fait de glacis. J’aimerais me mettre à l’huile, et j’ai une question sur les glacis. Si on fait, selon votre vidéo, un glacis pour créer du volume ou de la profondeur, est-ce qu’ensuite, on distingue les parties qui ne sont pas touchés par le glacis par celles qui le sont? Est-ce qu’il faut ensuite appliquer un vernis sur tous le tableau pour faire disparaître cette différence s’il y en a une?

Sylvia
Sylvia
Invité
19/04/2020 00:07

Merci, très bien expliqué. Si je veux faire un glacis couleur bordeaux, je remarque qu’en le mélangeant avec le glaci sa couleur pâli beaucoup, ça devient rosé. Est-ce que je parviendrai à avoir un bordeaux après plusieurs couches ?

Jean Paul Granier
Jean Paul Granier
Invité
Répondre à  Sylvia
24/04/2020 14:09

Bonjour
J’aurais un conseil à vous demander. Je réalise un portrait par glacis successifs. J’ai préparé mon sujet et posé les valeurs en utilisant de la terre d’ombre brûlée et du blanc de titane. Puis j’ai accentué les valeurs par glacis superposés terre d’ombre naturelle, terre de sienne brûlée, ocre jaune et blanc de titane. J’arrive au point où je dois passer aux traits du visage et leur donner un peu d’épaisseur ( terre d’ombre naturelle? Comment dois- je m’y prendre? Je prévois de lier le fond et le sujet par un mélange de gris de Payne et de terre de sienne brûlée.
Par avance Merci pour vos conseils. Cordialement
(Je peux vous envoyer la photo de mon travail)

Ortiz
Ortiz
Invité
08/04/2020 08:20

Bonjour, j’ai fait un portrait que sur les ton couleurs chair plus ou moins foncé pour les ombrage. puis je ajouter les ombres En faisant un glacis et une pointe de noir? Je n’ai pas de glacis j’ai un médium prise 3 qui prend assez vite et qui colle pas mal. Est ce mieux que je parte sur un vrai glacis? Je ne voudrais pas louper ma toile. Merci.
J’apprend A connaître certain produit en tant que débutante a l’huile.

lartisanpeintre.fr
lartisanpeintre.fr
Invité
25/02/2020 15:21

La technique glacis et vraiment très bien expliquer. Bravo ?

Alberola
Alberola
Invité
12/01/2020 11:37

Bonjour je souhaite faire un glacis mural
( deco) dois je pour autant utiliser du médium. Ou la dilution de la peinture au withe Spirit suffirait elle?
Merci.

klécha
klécha
Invité
01/01/2020 11:01

Bonjour Amandine,
J’ ai regardé beaucoup de vidéos internet pour expliquer le glacis et c’ est encore la votre la plus claire et la plus didactique avec l’ exemple à l’ appui.
Bravo

POYET Anne-Lise
POYET Anne-Lise
Invité
24/11/2019 11:10

Bonjour Amandine,

merci pour toutes vos explications, Mais quelques questions me viennent. Pouvez-vous me guider. Je suis sur un fond en acrylique, mon dessin est terminé, avec la peinture à l’huile, je fais tous les détails. J’ai l’impression que cela donne du relief et de la lumière!!
Ensuite puis-je passer un glacis sur la totalité du tableau ou uniquement sur les fonds à l’acrylique et enfin après des “lustres” le vernir ?
Beaucoup de questions. Merci pour vos éclaircissements. Bien cordialement.

Philippe
Philippe
Invité
27/10/2019 11:13

Bonjour;
Je peint à l’huile depuis plus de 40 ans et j’ai honte d’avoué que je n’ai jamais tenté la technique du glacis, alors je m’y lance à présent, mais j’ai une question : j’ai préparé deux tableaux, mes fonds sont fait, la couche maigre est sèche, bien sèche, (plusieurs semaines), est ce que à présent je doit appliquer une couche de vernis à retoucher avant d’attaquer mes couches de glacis qui devraient finaliser chaque tableaux ? ou est ce que l’utilisation d’un médium à glacis ( médium gel lèger liquin de Winsor et Newton) mélangé à ma peinture à l’huile serra suffisant pour une bonne accroche ?

Patrick COUVET
Patrick COUVET
Invité
26/10/2019 14:19

si les glacis doivent respecter le principe du gras sur maigre, alors la dernière couche du travail d’exécution et d’empattement, sur laquelle, on les pose, ne doit pas être faite avec un médium composé de 100 % d’huile de lin, n’est-ce pas ????!!!!

Patrick COUVET
Patrick COUVET
Invité
26/10/2019 09:27

bonjour
1) pouvez-vous me confirmer qu’il ne faut pas passer du vernis à retoucher avant de poser les glacis ( Jean Georges Vibert, recommande même de passer de l’essence de pétrole pour diluer le vernis à retoucher, avant de poser les glacis )

j’ai vu d’ailleurs dans cet excellent article, que l’on pouvait passer les glacis, dans le frais, le demi-frais ou le sec
Mais si on le passe dans le frais et le demi frais il faut utiliser du médium sans diluant:
http://www.jpbrazs.com/__download/BRAZS/ECRITS%20JPB/jpbrazs_glacis.complet.pdf. Voici un lien de format pdf qui traite avec détails de la technique du glacis huile .

2) Je viens d’acheter du médium pour glacis flamand ambrée-brillant, Lefranc bourgeois .

connaissez-vous ce médium pour glacis?!

le recommandez vous ?!
ne donne-t-il pas une teinte un peu jaune?!!!

merci ?

Klécha
Klécha
Invité
18/09/2019 11:53

Bonjour,
Savez- vous si Rembrandt utilisait le glacis pour ses fonds sombres, où les objets sont à peine suggérés ?
Par exemple, on discerne très légèrement, et après un certain temps, une poutre ou une porte dans la pénombre en arrière plan.
Merci beaucoup pour votre réponse.

Anthony
Anthony
Invité
Répondre à  Klécha
03/12/2019 23:52

Le clair-obscur :

On fait émerger quelques parties du sujet dans l’obscurité. (Ex Rembrandt 75% ombre)
Même les parties de l’objet qui se noient dans l’obscure ont été peintes en lumière.
Faire minimum 4 fonds superposés :

1? terre d’ombre brûlée + rouge carmin (fond déjà assez foncé, pas un vieux jus), 1ers
rehauts blancs, colorer les points lumineux et même l’ombre (sauf la pénombre)
2? terre d’ombre brûlée + bleu outremer + rouge ; couvrir toute la surface ensuite on
rehausse mais en réduisant la surface de rehaut de la 1
ère couche
3? terre d’ombre brûlée + bleu outremer ; tout recouvrir puis rehausser les blancs mais
encore moins
4? bleu + rouge, colorer les blancs
Réf : Vermeer Rubens Rembrandt Velasquez

Technique 2 :
(Environ 10 couches)
Dessin sur fond blanc, fond brun transparent un peu partout
Brun transparent, brun Van Dyck, lumière en blanc pur qui mord sur l’ombre puis on remord
sur la lumière en faisant l’ombre et ainsi de suite « allers-retours »
-brun transparent
-blanc pur plus grand qu’au final
-pénombre, bleu outremer + brun transparent + rouge
-lumières rouges/orangées
-ombre, violets et moins de bruns
-blanc froids
-glacis sur tout

Lucie
Lucie
Invité
17/09/2019 05:24

Merci pour ce blog, je comprends enfin les glacis..

Maud Barrey
Maud Barrey
Invité
27/08/2019 23:25

Bonjour,
Merci pour cette belle démonstration.
Avec quel médium estompez-vous le glacis svp?
Très cordialement

dominique ramage
dominique ramage
Invité
22/08/2019 14:33

Bonjour,

Peut-on faire une même couleur de glacis sur la toile entière pour uniformiser les différents tons et créer une meilleure harmonie dans le tableau?
Peut-on appliquer la glacis avec une mini éponge?
Merci pour vos réponses

simon
simon
Invité
07/08/2019 11:59

Génial, très bonne explication et en plus une vidéo pour voir la pratique… Merci beaucoup !!! 🙂

Huc
Huc
Invité
10/07/2019 10:21

Bonjour et grand merci pour ce blog, très utile. Je débute, acrylique et huile. L,huile est beaucoup plus agréable, mais je peine à bien comprendre la technique gras sur maigre. le glacis n’est-il pas plus maigre que la dernière couche de peinture?

Cécile
Cécile
Invité
26/06/2019 03:38

Bonjour,

Merci pour vos explications claires.
Peut-on peindre une première couche avec une peinture opaque avant de passer les glacis ou est-ce un non sens ?

Jonathan MTC
Jonathan MTC
Invité
05/05/2019 14:08

Bonjour. Doit-on en conclure qu’en peinture à l’huile, l’ombre & la lumière sont toujours à réaliser aux glacis ?
Aplats : peinture opaque + médium + essence.
Nuances : peinture transparente + médium à glacis ?

CHRISTINE
CHRISTINE
Invité
18/02/2019 19:52

bonjour,
la lumière semble venir de la gauche mais c’est le côté droit du fruit qui es éclairé … je ne sais que penser ?…

Nuitsanslune
Nuitsanslune
Invité
06/02/2019 03:17

Bonjour,
Quelles « recettes «  maison pour un glacis: quels produits privilégier, quelles proportions surtout en cas de glacis successifs?
Jamais d’huile pure?
Est-il possible de poser du vernis à retoucher sur un glacis? Si oui, quel intérêt ?
Merci pour votre site très utile pour un amateur !

Le Bras Petiet
Le Bras Petiet
Invité
12/01/2019 19:07

Merci beaucoup pour cette vidéo !
Je comprends mieux ce terme que j’avais assimilé à un jus coloré certes résineux mais qui devait recouvrir l’ensemble de l’image ! Alors merci pour cet éclaircissement !!!

Camille le Roux
Camille le Roux
Invité
17/11/2018 22:58

Merci Amandine pour votre réponse et le lien vers votre article sur la térébentine. En effet j’ai confondu.
Concernant l’essence d’agrumes on a dû mal me renseigner ( pourtant des professeurs! ), je vous remercie de m’avoir bien renseigné 🙂 Cordialement

Camille le Roux
Camille le Roux
Invité
12/11/2018 20:18

Bonjour Amandine,

J’ai découvert votre blog il y a peu ! Magnifique travail ! Un immense merci pour cet article très enrichissant qui permet de comprendre efficacement une technique souvent expliquée trop vaguement.

Voici ma question : l’usage de la térébenthine me dérange à cause de sa toxicité.
J’ai découvert une alternative : l’essence d’agrumes ( parfois utilisée en restauration de tableaux). Mais je ne sais pas si le degré de résine est suffisant pour enrober le pigment. Ou si cette solution est stable à long terme…
Pourriez-vous éclairer ma lanterne ? :^)
Merci dans tous les cas !!
Cordialement

Michel Christian
Michel Christian
Invité
06/10/2018 13:15

Bonjour,

Bravo tout d’abord pour vos articles, je vais tous les parcourir, et j’apprendrai sans aucun doute beaucoup de choses. Je suis “tombé” dessus en cherchant des infos sur “comment signer et renseigner (date/d’après photo de…/type de vernis..) une huile au dos du châssis”…
Ma peur : que le “texte” traverse la toile et endommage la peinture… Auriez vous une technique ou une méthode à me conseiller ?

Cordialement
ChrisMic

gauthier
gauthier
Invité
28/09/2018 16:50

vraiment très interessant, en plus bien expliquer et en prime un merveilleux sourire que demander plus

OmorO
OmorO
Invité
30/08/2018 21:01

Bon article pour l’huile.
Pour l’aquarelle le glacis est aussi très utile pour éviter de préparer des couleurs dans un jus. En plus rien n’interdit de combiner glacis et lavis (couche précédente pas sèche) pour des mélanges de couleurs directement sur le papier.

Jacques yvernogeau
Jacques yvernogeau
Invité
04/08/2018 13:00

Très instructif et clairement expliqué. Merci.

cath
cath
Invité
04/08/2018 05:49

une question: je peins à la gouache – tube – pour mes glacis ne n’utilise que de l’eau. y a t il une autre possibilité pour ces glacis?

atelier clc
atelier clc
Invité
03/08/2018 23:55

Jolie démonstration, facile à appliquer, mais ne s’adressant pas aux débutants car ils ne voient pas les mélanges sue la palette.

Muriel Hommet
Muriel Hommet
Invité
03/08/2018 23:02

Merci !

Palanque
Palanque
Invité
03/08/2018 22:15

Super!!?